Vigilance sécheresse

Après un printemps d’abord sec, puis marqué par un épisode pluvieux les 11 et 12 juin qui a surtout bénéficié aux zones proches des reliefs et au piémont cévenol, la pluviométrie du printemps 2020 reste déficitaire sur une grande partie du département. Dans ces conditions, les débits de certains cours d’eau du Gard sont faibles, en particulier sur les bassins versants du Vidourle et de la Cèze.

M. le Préfet du Gard a donc décidé de placer en vigilance les secteurs du Vidourle, de la Cèze aval, de la Cèze amont, de l’Ardèche et du Rhône et de la Camargue.

Sur les territoires classés en vigilance, il est demandé à chacun d’adopter un comportement écoresponsable, en utilisant l’eau de manière mesurée.

   

Le détail de ces mesures est disponible sur le site des services de l’Etat dans le Gard :

http://www.gard.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement/Eaux-et-milieux-aquatiques/Secheresse/Actualites-de-l-annee

et sur le site PROPLUVIA : http://propluvia.developpement-durable.gouv.fr/propluvia/faces/index.jsp

Prévention des incendies de forêt

Le risque d’incendie de forêt s’amplifie chaque année partout en France. Avec plus de 50 % du territoire occupé par des forêts, landes ou garrigues, le Gard est fortement concerné par ce risque. Le bilan dramatique de l’an dernier (1 mort, 16 maisons détruites, 1100 ha brûlés ) appelle chaque citoyen à la plus grande vigilance durant l’été à venir. Continuer la lecture de Prévention des incendies de forêt

8 juin 2020 : Journée nationale d’hommage aux morts pour la France en Indochine

Message de Geneviève DARRIEUSSECQ, secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées

C’était il y a 70 ans. La guerre d’Indochine durait depuis quatre ans. Nos combattants affrontaient un adversaire courageux et résolu. Ils défiaient la maladie et la dureté des éléments, ils souffraient de l’éloignement et de l’indifférence, ils combattaient aussi la fatigue, la peur et les privations.

A l’automne 1950, le long de la frontière sino-tonkinoise, dans les opérations visant à évacuer les troupes françaises, la Route Coloniale 4 a pris les traits d’un abîme infranchissable. Dans la jungle dominée par des pitons, dans la boue des rizières, les troupes françaises ont lutté pendant plus de quinze jours aux prises avec l’Armée populaire vietnamienne. 5 000 soldats français ont été tués, blessés ou faits prisonniers. Trois mille prisonniers ont connu l’enfer de marches interminables, de la captivité dans les camps et pour beaucoup de la désolation d’une mort loin de chez eux. Souvenons-nous de ceux de Cao Bang, de Dong Khê et de That Khê ! Ce fut un tournant de la guerre, une onde de choc qui a ému la France. Continuer la lecture de 8 juin 2020 : Journée nationale d’hommage aux morts pour la France en Indochine

Un village qui bouge